Francoise et Jacques Delporte- Le Bistro à Charleroi : une histoire depuis 1906

The web mag

Francoise et Jacques Delporte- Le Bistro à Charleroi : une histoire depuis 1906

Author: Petit Reporter

Le plus important dans un voyage n'est pas de connaître la destination à tout prix, mais c'est d'observer le chemin qu'on parcourt. Suivez-moi en tant que lecteur et parcourons un chemin ensemble 🙏❤☺

Comme toujours sur la route…

Françoise et Jacques Delporte

Il est difficile de se promener dans la Rue de Dampremy, la rue piétonne qui mène à la Place de la Digue, sans être intrigué par la vitrine d’un « vieux » bistro assez particulier. Pour cause, Le Bistro nous plonge dans une histoire qui date depuis 1906.

Bonjour Monsieur Delporte, vous avez une carte ?

Bien plus qu’une carte, nous avons une histoire : C’est en 1906 que le Café Paul, le café coiffeur ouvre ses portes au n°8 de la Rue de Dampremy. En 1932, Jacques Secretin, ex-international de football et gendre de de Monsieur Paul, reprendra la gérance du café. Très vite, cette vieille bâtisse devient le lieu de rencontre privilégié des amateurs de football mais aussi des artistes carolorégiens. En 1973, Micjel Dechamps, fils du célèvre chanteur wallon Bob Deschamps, rebaptisa l’établissement « Le Bistro ».

Depuis 1990, nous sommes les gardiens de cette vieille maison remplie d’histoires bien de chez nous et nous veillons à préserver l’atmosphère carolorégienne qui fait de notre Pays Noir, un endroit si accueillant.

Monsieur Delporte, j’ai envie de connaître votre histoire…

Prenez un grand café, car la route est longue…

J’ai commencé par ouvrir Le Piéton le 29 février 1980. C’est une date qu’on ne peut oublier compte tenu du fait que c’était une année bissextile. Un bistro que l’on trouve également dans la rue piétonne (Rue de Dampremy).

C’était à la base un magasin de vêtement à la mode (New mode) et j’en ai fait une sandwicherie. Un concept tout à fait original et inédit à Charleroi pour l’époque car cela n’existait pas. J’étais associé avec mon frère et sa conjointe et mon épouse est venue nous rejoindre dans cette aventure.

Vous aviez appelé votre commerce Le Piéton pour la rue piétonnière ?

Le Piéton, c’est avant tout un ruisseau afluent de la Sambre en rive gauche. C’est donc pour cela que nous avions appelé notre commerce « Le Piéton ». La Rue de Dampremy est devenue une rue piétonne et officialisée le 14 décembre 1979. Nous avions même reçu un pavé en marbre de cette inauguration.

Vous avez un cadre avec une photo de la Sambre. On est pourtant loin de votre établissement ! Quel est le rapport entre la Sambre et votre établissement ?

La Sambre était juste derrière notre établissement. La Boulevard Tirou, c’était la Sambre ! Elle a été détournée et asséchée avant la guerre pour ensuite être bâtie après la guerre. La moitié des bâtiments que vous voyez actuellement sur le Boulevard Tirou sont sur « l’ancienne Sambre ».

Pour la petite anecdote, vous pouvez voir le détournement de La Sambre du haut du Pont de Philippeville.

Quand avez-vous repris Le Bistrot ?

Mon épouse et moi, après une belle aventure, avions la volonté d’avoir un commerce à nous deux. A l’époque, le Bistro était à remettre. C’était en 1990.

Nous avions eu l’opportunité de refaire toute la décoration et nous avons entrepris de le faire en respectant l’âme et l’histoire du lieu.

D’ailleurs les banquettes sont des banquettes de train historique. On peut encore retrouver des places réservées aux anciens combattant.

En plus de son histoire, que peut-on trouver au Bistro ?

Nous avons un américain minute ! Ce qui fait la particularité et la réputation du Bistro, c’est la préparation devant nos clients.

La viande est hachée et préparée devant le client.

Bien évidemment, il y a une carte pour compléter notre concept. Mais notre américain minute est et restera notre américain minute.

Que peut-on retrouver d’autres comme originalité dans votre menu ?

Les après-midi, il est possible de déguster des crêpes bretonnes. La cuisson est d’ailleurs sur pierre et tout le système ainsi que le mode de cuisson vient de Bretagne.

Vous avez eu l’opportunité de fêter les 100 ans du Bistro. Qu’avez-vous fait pour l’occasion ?

Nous avons demandé à tous les commerçants de la Rue de Dampremy de se mobiliser et nous avions organisé un grande fête.

Toute les vitrines de la rue étaient décorées en respectant la mode des années débuts 1900 et les commerçants étaient habillés en respectant la mode de cette époque.

Nous avions organisé une fête préparatoire en avant première au Marignan à Charleroi. Nous avions invité les commerçants à visionner le film « Les brigades du tigre » et nous avons annoncé la nouvelle. Tous les commerçants ont joué le jeu. C’était super !

Cet événement à l’air d’avoir marqué vos esprits…

Cet événement était tellement marquant et amusant que nous avons continué chaque année durant 6 années consécutives ! Avec des thèmes et des époques différentes.

Il y a eu les thèmes Far West, Pirates, Rock&Roll, des Gaulois… Des souvenirs inoubliables !

Madame Delporte, si je vous demandais de me raconter une anecdote d’un client en rapport avec votre établissement, quelle histoire vous viendrait à l’esprit ?

Un jour, une dame âgée est venue s’asseoir à table. Elle me paraissait à la fois triste et nostalgique. Je lui ai donc demandé si tout allait bien. Elle s’est mise à me raconter son histoire.

Elle m’a raconté que lorsqu’elle était jeune fille, en rentrant chez elle, sa mère lui avait dit que son père, revenant des camps de concentration, était au Bistro. Et que si la jeune fille voulait le voir, c’était là qu’elle devait aller.

Elle raconte qu’elle se remémore ces images qui resteront à jamais dans sa mémoire. Qu’elle le voyait là, debout, accoudé au comptoir.

C’était très émouvant à écouter… C’est exactement ce qui fait la richesse de ce lieu ! Son histoire, sa route…

Comment goûter au bonheur de vos histoires ?

Dans notre bistro à la Rue de Dampremy, 8 – 6000 Charleroi (Google Map) – Sur notre page (Facebook) – en téléphonant (+32)071-32 13 43

Un petit mot pour la route

Un instant de bonheur vaut mille ans dans l’histoire « Voltaire »
4.5 2 votes
SCORING
guest
8 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
DEMIERBE

Les voisins de boutique pas possible de passer une semaine sans manger une crêpe les meilleures de tout partout 🤪🤪🤪🍀🍀🍀👍🏻👍🏻👍🏻👍🏻

Subaric

De belles personnes que j’ai côtoyé pendant 14 ans étant vendeuse dans une boutique de cette rue… Je me rappelle très bien cette fête de 100 ans et les autres, c’était des week-end exceptionnels

Amato fabio

Des gens formidable.
Dévoué, sérieux amoureux de leur métier.
J’y ai passé 4 ans de ma vie comme serveur …. si je suis la ou je suis aujourd’hui dame Françoise et Jacques y ont mis leur pièce à l édifice.
Fabio

Willot didier

Un endroit magique ou j y ai travailler 8 ans, merci a Jacques et Francoise, des annees magique remplie de souvenir

Petit Reporter

Une âme d’un bistro d’époque 🙏❤

[…] sans trouver une certaine fierté des Zèbres. Ne vous ai-je pas raconté l’histoire du Bistro et qu’en 1932, Jacques Secretin, ex international de football en avait la gérance ? Y a-t-il […]

Martine

Très bel endroit les patrons sont très sympa et les clients sont des habitués qui se retrouvent c’est une ambiance bon enfant en plus Jacques fait les meilleures crêpes de Charleroi Également une carte variée le midi et le soir À recommander Martine

8
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x