Astrakan Project : Une musique ou un voyage…? Un voyage musical !

Le web magazine réservé au professionnel

Astrakan Project : Une musique ou un voyage…? Un voyage musical !

Like & Share
  •  

Nous avons eu la chance d’avoir croisé sur notre chemin Astrakan Project. Un duo composé par Simone Alves et Yann Gourvil. Un couple mythique qui nous procure en un instant toute la culture et la sensation unique du voyage. De la Bretagne au Moyen Orient, en passant par la route des Balkans, toutes ces cultures musicales se retrouvent dans leur musique.

D’où vient le nom Astrakan ?

STRAKA : Nous pouvons donner comme traduction littéraire “Le beat” en anglais. La frappe qui donne le rythme. Un peu comme une frappe de percussionniste. D’ailleurs, le projet est né en 2009 de la croisée des chemins entre la Bretagne et Istanbul avec des percussionnistes turques. Nous pouvions déjà ressentir le rythme et le son tant oriental que breton.

KAN : C’est le “Chant” en breton.

ASTRAKAN : Toute une réflexion entre le rythme et le son.

Yann Gourvil / Simone Alves

Où en êtes-vous dans votre voyage ?

Nous sommes revenus en Bretagne en 2015 et nous avons décidé de nous rendre à Kiev en 2019 où nous résidons encore actuellement. Nous avons profité de ces voyages pour des albums qui ont une certaine unité musicale. Dans l’album Inês (2018) par exemple, toutes les chansons sont en continu. Un peu comme une pièce de théâtre ou un opéra. C’était un moyen aussi pour nous de créer quelque chose qui englobe plus que de la musique, puisque ce projet comportait aussi un livre de 96 pages entièrement illustré en couleur par les tableaux originaux de Simone.

Aujourd’hui, un nouvel album est en cours de création mais nous envisageons de le construire sous forme de vidéo. Un nouveau projet où le turc, le géorgien et le breton pourront voyager.

Quel titre serait pour vous le meilleur exemple ?

“Son ar chistr” ce qui veut dire en breton “Chanson du cidre”. Cette chanson était popularisée dans les années 60 par le chanteur breton Alan Stivell. Cette chanson a été exportée partout en Europe. Une petite anecdote à ce sujet : Le célèbre club de football Eindhoven a repris l’air de cette chanson pour en faire son hymne.

Nous avons donc décidé de reprendre ce titre avec nos influences musicales.

Un autre exemple est une reprise de Kate Bush. Pour cette vidéo, nous avons lancé une demande de participation sur les réseaux sociaux. Nous avons reçu des propositions sous forme de playback vidéo de partout. Ce projet vidéo international est une véritable réussite sur le plan des échanges culturels.

Comment financez-vous les projets ?

Jusqu’à présent, par la vente de disques, mais aussi par les peintures de Simone la peinture et toutes ses couleurs. Aujourd’hui nous commençons à financer nos projets par des dons et des participations libres.

En effet, les gens sont libres de verser le montant qu’ils souhaitent pour l’achat de nos titres. C’est une manière pour nous les laisser libres de nous supporter. Nous avons un public très généreux et c’est grâce à lui que nous pouvons continuer à créer notre musique, donc notre voyage et nos explorations artistiques.

ASTRAKAN PROJECT “Sell ouzh ar Stered”

ASTRAKAN PROJECT “O Redek War Ar Roz”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *